Blasphème et Fraternité

Plus d'informations
il y a 1 an 1 jour #19 par YKE
Blasphème et Fraternité a été créé par YKE
L’actualité du 16 octobre 2020 - assassinat d’un enseignant à Conflans-Sainte-Honorine - conduit à rapprocher ces deux notions.

Le blasphème, entendu comme une offense à Dieu, n ‘est plus sanctionné par la loi française depuis le XIX siècle comme il l’était avant la Révolution française. Bien plus il parait même encouragé au titre de la liberté d’expression. Lorsqu’il vise le Pape ou une autorité religieuse chrétienne, les catholiques sont peinés, mais réagissent rarement.
Lorsque c’est Mahomet qui est l’objet d’un blasphème, des musulmans appliquant le Coran sont amenés à des actes criminels contraires aux lois de la République tels que des assassinats ou des dégradations. Les autorités civiles y voient des actes relevant du terrorisme sans distinguer, et combattre, ce qui relève du djiadisme menaçant la paix civile de notre pays, de la pratique religieuse de musulmans sincères pourtant garantie au titre de la laïcité. Celle-ci n’excuse pas pour autant les actes criminels commis par des personnes manipulées par leur entourage ou par l’étranger.

En ce qu’il heurte nos concitoyens musulmans le blasphème est une atteinte à la fraternité pourtant inscrite dans la devise de la République.

Il est patent que le laxisme des autorités civiles et politiques française est utilisé par l’islam politique pour son entrisme sous toutes ses formes dans la société.
Aussi doit-on se demander si la liberté d’expression ne doit pas être subordonnée au respect des convictions de chacun au titre de la fraternité et de la laïcité.
Il est curieux que cette relation entre blasphème et fraternité n’ait pas été évoquée depuis les attentats de Charlie Hebdo. Ne faudrait-il pas sanctionner le blasphème par la loi. Ce serait retirer aux musulmans une raison juridique de commettre des attentats que pourtant le Coran leur ordonne.

Une autre approche serait d’inciter la presse à exercer avec discernement et fraternité la liberté d’expression, ne serait-ce que par prudence.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.063 secondes