Donner sa vie pour la gloire de T’aimer. 

De Thomas GEORGEON, ocso. Collectanea Cisterciensia 68 (2006).

Ce n’est pas la persécution qui fait les saints, mais la réponse personnelle d’hommes et de femmes qui restent jusqu’au bout fidèles à la grâce qui les soutient dans l’épreuve. Frère Christian disait au cours d’un chapitre de novembre 1995 : « Nous sommes encore là, avec cette grâce d’état qui nous a fait dire que là était notre place pour le moment1 » Étonnante et surnaturelle grâce d’état qui, durant plus de deux années (de Noël 1993 au mois de mars 1996), va conduire les frères, sur l’humble chemin de l’Évangile, à entrer à plein corps, à plein cœur, à plein temps, à pleine foi, dans l’histoire d’un peuple et d’une Église, marqués du signe du Christ, du signe de Dieu, devenu grain jeté en terre pour porter fruit d’éternité.

Lire

 

Propositions de lectures